Hospitaliers   Commanderies   Hospitaliers

Commanderies de l'Ordre de Malte
Informations
Chers visiteurs
Vous avez certainement constaté le point d'interrogation dans la barre d'adresse de votre navigateur.

Il y est écrit « Non sécurisé »

Vous pouvez naviguer sur le site sans aucune crainte. La sécurisation d'un site Internet est obligatoire dès lors qu'il y a des demandes de mots de passes ou des paiements en ligne.

Sur ce site il n'y a rien de tout ceci.

Retour

Commanderie de Joucas - Tome 1

Département: Vaucluse, Arrondissement et Canton: Ap - 84

Domus Hospitalis Joucas
Domus Hospitalis Joucas

Joucas est citée en 1071 sous l’appellation de Jocadae, Jocadium.
Aux XIe et XIIe siècles, c’est un fief des Agoult. A la fin du XIIe siècle, ceux-ci le vendent aux Hospitaliers de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui y implantent une commanderie (fin XIIe début XIIIe siècle).
Le village est déserté aux XIVe et XVe siècles.

— Folios 266-281. Visite générale de la commanderie de Joucas, possédée par Jean Porry, religieux conventuel de l’ordre.
Elle est commencée le 22 décembre 1761.
Les visiteurs généraux sont le chevalier de Gaillard d’Agoult, commandeur du Poët-Laval, et Pierre Moutte, prêtre agrégé de Saint-Jean d’Aix.
Le chef consiste en l’église paroissiale, située dans le château, par permission des anciens commandeurs, et sous le titre de l’Annonciation de la Vierge.
Devant d’autel en satin blanc, avec des « carlisanes » or et soie à grandes fleurs, la croix de Malte brodée de même et les armoiries du commandeur Fogasse.
Tableau aux armes d’Alphéran, évêque de Malte.
Cimetière très éloigné.
Le greffier et le sergent ordinaire sont domiciliés à Roussillon, ce qui est fort incommode et entraîne des émoluments plus élevés. (folios 266-270).
Domaine. Meubles d’état. Terres. (folios 270-273).
Projet de reconstruction de l’église hors du château, fermé à certaines heures. Question du cimetière (folios 273-275).

Visite du membre d’Eygalayes, le 24 décembre. Département: Drôme, Arrondissement: Nyons, Canton: Rioms - 26

Visite des membres de Saint-Pierre-d’Avesc, le même jour, et de Ribiers, le 28 décembre (folios 275-278).
Saint-Pierre-d’Avesc: Probablement, Saint-Pierre, près de Mollans-sur-Ouvèze
Ribiers: Département: Drôme, Arrondissement: Nyons, Canton: La Garde-Adhémar : 26

Porry Jean, commandeur de Joucas
Léonard Arnail, commandeur de Joucas.
Henri David, commandeur de Joucas.
Jean-Antoine Raybaud, commandeur de Joucas.
Pierre de Grambus, commandeur de Joucas.
Nicolas Jean, servant d’armes, commandeur de Joucass.
Sources : Bondurand, Édouard. Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, par M. Bligny-Bondurand, Gard. Archives civiles. Supplément à la série C. Série D. Archives religieuses. Supplément aux séries G et H Nîmes 1916. Tome 1. BNF
Commanderie de Joucas - Tome 2
Le grand commandeur Viel mourut, au commencement de l’année 1460. Son successeur fut frère Pierre Rafin, commandeur de Vaours. Il était natif de Rouergue.
Il fit unir à sa commanderie celle de Montricoux, par un décret du conseil. Le chapitre de cette année, qui se tint à Montfrin, détacha de la commanderie de Sainte-Eulalie, le membre de la Clau et l’unit à celle de Canabières.

Dans le même temps, le commandeur unit à Sainte-Eulalie la rente, que l’Ordre avait sur le péage du pont vieux de Millau, de la partie de la vicomté de Cressel. Le chapitre unit ensuite la commanderie de Capestang à celle de Peyriès, celle de Laroque à celle de Domps, celle de Croussillon à Joucas.

Plusieurs commandeurs furent par-là privés de leurs revenus.
Frère Jacques de Glandevès Cuges, commandeur de Grésan, représenta au chapitre de cette année que le comte de Sommerive lui avait donné le commandement du château de Joucas (1), qui depuis peu avait été pillé et saccagé par les catholiques et par les huguenots, et il lui en demanda l’agrément. Le chapitre y consentit, et même lui donna l’administration de la commanderie pendant tout le temps que les troubles dureraient, à condition de payer les charges de l’Ordre.

Henry III, roi de Pologne, ayant succédé au roy de France, Charles IX, son frère, mort le 30 mai 1574, les huguenots et principalement ceux de Languedoc et de Provence commirent de grands désordres avant son arrivée en France. Les habitants du lieu de Joucas, qui avaient embrassé les erreurs de Calvin, prirent par force ce château au mois de juillet de cette année, et le démolirent ensuite après avoir tué le commandeur frère Léonard Arnail.

Le commandeur frère Andiol, receveur, y donna part d’une lettre qu’il avait reçue du grand maître, où il apprenait que le commandant des galères des Vénitiens de la garde de Candie s’était emparé, par la trahison, de deux galères de l’Ordre qui étaient au port de cette ile, et que par un excès d’insulte, il avait donné la liberté aux esclaves turcs qui y étaient dessus. Il exhorta ceux qui étaient présents de contribuer à la dépense que l’Ordre était obligé de faire pour réparer cette perte.
Il offrit de donner cent écus d’or.
Frère Claude Aube, dit Torret, commandeur d’Omps et Comps, offrit d’en donner autant.
Antoine de Lalande, commandeur de Jalès, déclara que, quoiqu’il ne pût presque pas jouir de sa commanderie à cause des guerres civiles, il donnerait pourtant 50 écus.
Jean Nicolas, commandeur de Joucas, déclara aussi que, quoique sa commanderie eût été ruinée par les huguenots, et qu’il eût fait beaucoup de grandes dépenses pour rétablir le château, il en donnerait 20.

L’Ordre avait perdu, au mois d’avril auparavant, deux galères avec tout leur équipage, dans un naufrage qu’elles firent à l’île de Saint-Imbato, près de Tunis. Les grands-croix et plusieurs commandeurs et chevaliers qui étaient à Malte, contribuèrent par leurs présents à faire rétablir un nouveau corps de galères. Le grand maître donna part de cette perte au grand prieur de Lussan. Ce dernier fit lire la lettre à son chapitre de l’année 1607.

Nicolas de Villages, commandeur de Valence, offrit 150 livres, Antoine de Paule, commandeur de Sainte-Eulalie, Caubins et Morlas, dit avoir donné 1.250 écus, et qu’il en avait écrit à Malte, et ajouta que frère Jean de Marsa Soulac, commandeur de Capelle, et La Selve en avait compté 1.500 au receveur de Toulouse. Jean de Rodulph, commandeur de Millau, offrit 150 livres, Joseph d’Almaric Esclangon, commandeur d’Omps, Charles de Panisse, commandeur de Gapfrancès, Joachim de Montagut Fromiguières, chevaliers, Pierre de Grambus, commandeur de Joucas, firent aussi des offres. Lussan envoya à Malte une quantité considérable de blé.
Sources : Raybaud, Jean. Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles. Tome 2. Nîmes 1905. BNF
Commanderie de Joucas - Tome 3
Le 22 décembre 1761, frère Dominique-Gaspard Balthasar de Gaillard, chevalier profès de l’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Valence, et Joseph Ferrand, prêtre desservant un bénéfice dans l’église collégiale de Saint-Gilles, commissaires et visiteurs généraux de partie des commanderies dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles.

La commanderie de Joucas possédée par frère Jean Porry, conventuel, et située dans la province de Provence, au diocèse d’Apt. Ils arrivent à Apt le même jour, où ils prennent retraite chez un nommé Anselme, au cabaret où pend pour enseigne les trois Maries. Ils se rendent à Joucas, éloigné d’Apt d’environ trois lieues. Là, ils trouvent sieur Joachim Raimond, bourgeois de Saint-Martin de Castillon, procureur dudit sieur commandeur Porry.
Celui-ci leur déclare que ladite commanderie consiste en général :
Premièrement en son chef qui est Joucas.
Plus au membre d’Eygalages.
Plus au membre de Saint-Pierre Avesc.
Et finalement au membre de Ribiès et directes de Sisteron et autres lieues.
Le revenu de la commanderie de Joucas s’élève à la somme de 3.459 livres.
Les charges s’élèvent à la somme de 718 livres, 7 s. 6 d.
Reste net au commandeur : 2.740 livres, 12 s. 6 d.
Les ordonnances et les conclusions sont datées de Joucas, du 28 décembre 1761.
Sources : Raybaud, Jean. Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles. Tome 3. Nîmes 1906. BNF

Retour

Top

 

 

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.