Hospitaliers   Commanderies   Hospitaliers

Commanderies de l'Ordre de Malte
Informations
Chers visiteurs
Vous avez certainement constaté le point d'interrogation dans la barre d'adresse de votre navigateur.

Il y est écrit « Non sécurisé »

Vous pouvez naviguer sur le site sans aucune crainte. La sécurisation d'un site Internet est obligatoire dès lors qu'il y a des demandes de mots de passes ou des paiements en ligne.

Sur ce site il n'y a rien de tout ceci.

Retour menu Commanderies

Commanderie de Beaulieu (Solliès)

Département: Var, Arrondissement: Toulon, Commune: Solliès-Ville - 83

Domus Hospitalis Beaulieu
Domus Hospitalis Beaulieu

— Folios 342-356.
— Visite générale de la commanderie de Beaulieu, possédée par Louis de Laydel-Sigoyer, chevalier.
Elle commence le 20 février 1762.
Les visiteurs généraux sont le commandeur du Poët-Laval et Pierre Moutte, prêtre agrégé de l’église prieurale.
Le chef consiste en la justice de Beaulieu, dans le terroir de Solliès.
Château de Beaulieu. Chapelle. Bois et terres. Moulin de Beaulieu.
— Visite du membre de Solliès. Château du Haut-Solliès.
Église paroissiale du Haut-Solliès, sous le titre de Saint-Sébastien.
Tableau peint à la grecque, au-dessus de l’autel dépendant de la commanderie.
Il représente saint Jean, saint Pierre et saint Sébastien. L’ancien usage est de célébrer à cet autel une messe, les dimanches et fêtes, depuis la croix de septembre jusqu’à la croix de mai (fêtes de la Sainte-Croix). Le service des six autres mois de l’année est acquitté dans la chapelle de Beaulieu. Mais, depuis deux ans, le service est supendu à Solliès par le manque de prêtres, à cause de la modicité des émoluments y attachés. Terres.

Brignoles
— Visite du membre de Brignoles, le 22 février.
Département: Var, Arrondissement et Canton: Brignoles - 83
Du Vilaret estant à Brignole auprès du prince, le 2 de juillet suivant (1282), donna pouvoir au commandeur de Beaulieu, et le prieur du couvent des Chartreux de Montrieu, au sujet de la prétention que ces religieux avaient de faire dépaître leurs bestiaux dans le terroir du lieu de Soliers (2), dont l’Ordre est co-seigneur.
2. Soliers (Var), membre de la commanderie de Beaulieu (Hautes-Alpes).
Tome 1, Page 200
Le chapitre de cette année (1579), devait se tenir à Avignon, mais cette ville et celle d’Arles ayant été attaquées par la peste, le commandeur d’Alein Renaud du prieuré, et le chevalier de Barras, lieutenant, trouvèrent à propos de le tenir à la ville de Brignoles ; et, s’il ne se trouvait pas un nombre suffisant, d’y tenir au moins une assemblée. Ils écrivirent à tous les commandeurs et chevaliers de Provence de s’y rendre, le 8 de mai ; mais, à cause de la contagion dont cette province était affligée, il n’y vint que frère Claude Aube dit Toret, commandeur d’Omps et Comps ; ainsi ils ne purent tenir qu’une assemblée, où ils délibérèrent de tenir le chapitre à Tarascon, le jour de Saint Jean-Baptiste.
Tome 2, page 147

En savoir plus sur la maison de Brignoles

Commanderie de Peyrassol
Département: Var, Arrondissement: Brignoles, Canton: Le Luc, Commune: Flassans-sur-Issole - 83

Domus Hospitalis Peyrassol
Domus Hospitalis Peyrassol

Saint-Christol ou Saint-Christophe
— Visite des membres de Saint-Christol et Peyrassol (folios 342-349).
Département: Hérault, Arrondissement: Montpellier, Canton: Lunel, Commune: Verargues - 34

Domus Hospitalis Saint-Christol
Domus Hospitalis Saint-Christol

Le 30 novembre 1761, le frère de Gaillard, commandeur de Valence, et Joseph Ferrand, prêtre desservant une place dans l’église collégiale du grand prieuré de Saint-Gilles, après avoir fait la visite de la Mourade, dépendant de la commanderie de Saint-Christol, partent le même jour de Lunel, après avoir entendu la messe, et se rendent audit Saint-Christol, chef-lieu de ladite commanderie actuellement administrée par l’Ordre pendant l’année du vacant, et emutiée en faveur de frère Charles-Dominique de La Motte d’Orléans, chevalier, où ils ont trouvé le sieur Pierre Auzillion, procureur-fondé des sieurs Alié et Trial, fermiers généraux de ladite commanderie ; celui-ci a déclaré que cette commanderie consiste :
Premièrement en son chef qui est Saint-Christol, au moulin à huile et au moulin Bladier.

Les commissaires, en compagnie de Me Rocquelain, leur secrétaire, voulant se transporter à l’église paroissiale de Saint-Christol, le sieur Auzillion leur dit que M. Marseille, qui avait été nommé à la vicairie perpétuelle dudit Saint-Christol par feu M le commandeur de Murz, après avoir desservi ladite église pendant cinq ans, ayant pris prétexte que la portion congrue qu’on ne lui payait, disait-il, que sur le pied de 250 livres, n’était pas suffisante pour servir à son entretien, aurait abandonné ladite église paroissiale depuis environ trois mois, laquelle était desservie par le sieur Martin, curé de Vérargues, qui a un bis cantat et qui reste dans sa paroisse éloignée d’environ demi-lieue de Saint-Christol.
L’église paroissiale de Saint-Christol est sous le titre de Saint-Christophe, le commandeur en est jus patron et prieur primitif ; suit l’inventaire de l’église et de la sacristie ; il a la juridiction haute, moyenne et basse ; pour marque de cette juridiction il y a, en un coin de la muraille du château, un carcan fer pendant à une chaîne de même attaché contre ladite muraille. Il fait exercer sa juridiction par des officiers qui sont :
M Gaspard Fautrier, avocat de Montpellier.
Le lieutenant Taque.
Me Jean Sangla, procureur juridictionnel.
Jean Balaguier, de Sommières, sergent.

La juridiction de Saint-Christol confronte du levant la juridiction de Saint-Félix, du midi le terroir de la baronnie de Lunel, du couchant celui de Restenclières et de bise celui de Boisseron.

Suit la description du château, du moulin à huile près du château et du moulin Bladier appelé Bès, èloigné de demi-lieue de son chef et du domaine.
Après la visite des membres de La Bruguiêre et du Viallard, faite le 1er décembre 1761, vient celle du membre d’Aubais, le lendemain, éloigné de son chef d’une demi-lieue et de deux lieues de Lunel.
Ce membre consiste en une maison dans Aubais et en une douzaine de terres ou près.
Le marquis d’Aubais paie une rente de 25 livres, à chaque jour et fête de Saint Michel pour des maisons que l’ordre lui a cédées, et le commandeur jouit d’une directe et censive sur Aubais et son terroir portant lods en cas de vente et transport au cinquième denier, que l’on a commencé à renouveler en 1734 et fini en 1738, par devant M Guillaume Chrétien, notaire d’Aubais.

A la paroisse de Notre-Dame-de-Congénies, sont situées deux petites pièces de terre affermées, qui dépendent de la commanderie de Saint-Christol.

Le membre du Noble du Puech Cairol consiste au bois et Devès appelé le Noble, situé dans le terroir de Fontanès, contenant 119 cétérées, 19 dextres, et suivant le verbal d’arpentement de la maitrise 52 arpents, 26 perches, mesure royale, divisé en 7 coupes de 7 arpents, 46 perches chacune par limites, confrontant du levant le chemin de Sommières à Alais, du midi Jean-Pierre Colomb, Etienne Aubin, Jean-François Bénézet et autres, du couchant Jean Juchés, Antoine Massip et autres, de bise les patis ou vacants de Fontanès ; le tout borné par des limites en pierres de taille marquées d’une croix de l’Ordre à huit pointes.

La visite finie, les commissaires sont allés prendre gîte à Lunel où ils ont couché, n’ayant pu continuer de résider à Saint-Christol, soit à cause de la rigueur de la saison que par rapport à la difficulté du gîte.

Le membre de Bagnols, distant de cinq lieues de Montfrin, consiste en huit pièces de terres, une située à la Roque de Saint-Jean de Jérusalem, où l’on désigne encore certains rochers, les rochers de Saint-Jean de Jérusalem.

Le membre de Saint-Florent-de-Boissargues, distant d’une demi-lieue de Bagnols, consiste en une chapelle et en des terres.

Le membre de Montaren, éloigné de Saint-Christol, son chef, d’environ huit lieues et d’une demi-lieue d’Uzès, sur la route d’Alais, consiste en la cinquième partie de la juridiction haute, moyenne et basse, qui est parérage avec les autres coseigneurs. Il confronte du levant le mandement d’Uzès, ceux de Palliargues, Auveliac et Cerviers, du couchant ceux de Belvezet, Saint-Mediers, Lardaume et dudit Cerviers, de bise ceux de Belvezet et de La Bruguière.
Le commandeur a encore à Montaren et son terroir plusieurs censives et directes portant lods en cas de vente et transport dont les reconnaissances ont été faites en 1738 et 1739.
Il possède encore dans le terroir de Montaren une terre appelée l’Aire de l’Hôpital de Saint-Jean.
Sources : Raybaud, Jean. Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles. Tome 3, page 87. Nîmes 1906 BNF

En savoir plus sur Wikipedia

Sauvebonne
— Visite du membre de Sauvebonne ou Petit-Beaulieu, le 23 février.

Domus Hospitalis Sauvebonne
Domus Hospitalis Sauvebonne

— Visite du membre d’Hyères, le 24 février.
Il consiste en une pension de 210 livres, faite par la ville, et en quelques censives et directes.
L’ordre possédait autrefois à Hyères une chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste, quartier de Rue-Franche. Elle était entourée de maisons de sa directe, dont plusieurs appartenant aux oratoriens.
Un incendie a tout consumé depuis de longues années. Les oratoriens continuent de payer, pour l’emplacement, une pension de 10 livres, 19 sols, 3 deniers.
Jardin au-dessous de la ville. Sur la porte est la croix de l’ordre. C’est un jardin potager et fruitier, comptanté de pêchers et de 70 orangers. Le terrain est susceptible de recevoir mille orangers, et ne peut guère être mis en valeur que de cette manière. Terres.

L’Hospitalet
— Visite du membre de L’Hospitalet des Bonnettes, le 26 février.
Département: Var, Arrondissement: Toulon, Canton: La Londe-les-Maures - 83

Domus L’Hospitalet
Domus L’Hospitalet

Commanderie de Cogolin
Département: Var, Arrondissement: Draguignan, Canton: Cogolin - 83

Domus Hospitalis Cogolin
Domus Hospitalis Cogolin

Un des principaux privilèges de l’Ordre est celui que les commandeurs ne sont point obligés de prêter hommage pour les fiefs appartenant à leurs commanderies qu’entre les mains du roi, par le ministère des grands prieurs.
Le grand conseil le décida ainsi, par un arrêt du 31 de mars 1643, rendu en faveur de frère Jean Flote Labastie Montsalion, commandeur de Beaulieu, contre Marie de la Baume de Montrevel, marquise et baronne de Grimaud en Provence, nièce d’Esprit d’Allard, maréchal des logis de la maison du roi, qui déchargea ce commandeur de la demande que cette dame lui faisait de lui prêter hommage, et bailler dénombrement, pour raison de la seigneurie de Cogolin, qu’elle prétendait être un arrière de sa baronnie.
Savoillan ne vécut que très peu de temps après sa promotion. Il mourut, le 12 de février 1644, et fut enseveli dans l’église de Saint-Jean à la chapelle de Saint-Clément avec cette épitaphe :
D. O. M.
Et felici memoriæ illustrissimi fratris Guillelmi de Vincens Sauvilhan Sanctæ Luciæ prseceptoris, qui post egregie præstita ordini suo hierosolimitano clariis in mu neribus obsequia, olim felices militarium instrumentorum profectura, ac recentius magnæ commendæ ministerio graviter fruitur, ac eminentissimi domini magistri de Lascaris vicariatu insignitus, tandem qui prioratus Sancti Egidii dotatus meliora pro laboribus, pro fide, pro sui denique virtutibus præmia a Deo accepturus, diem clausit extremam XII februarii MDCXLIV.
Frater Jean-Jacques de Verdelen Capelle preceptor benefidus consanguineus, amicitiæ et gratitudinis sue monumentum hoc ponit.
Tome 2, page 210

Frère Guillaume Catel, commandeur de Saint-Gilles, fut fait, environ l’année 1203, commandeur de Provence. Il fut présent avec frère Bernard de Cabrespive, commandeur de Montpellier, et Frotard de Rocosel, commandeur de Narbonne, à l’hommage qu’Aimeri III, vicomte de Narbonne, prêta, au mois de mars 1203 (1204), dans la ville de Capestang, de sa vicomté, à Raimond VI, comte de Toulouse.
Alphonse, comte de Provence, fit donation à l’Ordre, au mois de décembre suivant, entre les mains du commandeur Catel, de la co-seigneurie de Cogolin, située
dans le diocèse de Fréjus. Elle fut unie à la maison de Peirassol.
Tome 2, page 303
Sources : Raybaud, Jean. Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles. Tome 3, page 87. Nîmes 1906 BNF

Valcros
— Visite des membres de Valcros et Cogolin, les 26 et 27 février.
Département: Var, Arrondissement et Canton: Toulon, Commune: La Londe-les-Maures - 83

Domus Hospitalis Valcros
Domus Hospitalis Valcros

— Le revenu de la commanderie est de 7.720 livres.
Les charges sont de 1.550 livres, 10 sols, 4 deniers.
Reste net 6.169 livres, 9 s. 8 d.
— Ordonnances du 2 mars 1762.
Sources : Bondurand, Édouard : Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790, Archives civiles. Supplément à la série C. Série D. Archives religieuses. Supplément aux séries G et H. Nîmes 1916 BNF

Commanderie de Beaulieu
Le 20 février 1762, le frère Chrysostome de Gaillard d’Agout, commandeur de Poët-Laval, et Pierre Moutte, prêtre agrégé de l’église prieurale Saint-Jean de la ville d’Aix, suivant la commission donnée par le grand prieur Augustin de Piolenc, en compagnie de M. Goudon, font la visite de la commanderie de Beaulieu, où ils descendent chez le nommé Pierre Eyguier, hôte du logis où pend pour enseigne l’hôtel de France.
Cette commanderie est possédée par frère Louis de Laidet Ségoyer, chevalier.
Là, le sieur François Mistral, agent dudit commandeur Leidet Ségoyer, leur déclare que la commanderie de Beaulieu consiste : Premièrement en son chef qui est Beaulieu et ses dépendances, situé sur le terroir de Salliès. Au membre de Brignoles.
Au membre de Saint-Christophe.
Au membre de Pegreso.
Au membre de Sauvebonne ou le petit Beaulieu.
Au membre d’Hyères.
Au membre de l’hospitalet de Bonnettes (La Londe-les-Maures - 83).
Au membre des montagnes de Valcros.
Et finalement au membre de Cogolin.
Revenu de la commanderie de Beaulieu 7.720 livres.
Charges 1.550 livres, 10 s. 4 d.
Reste net au commandeur 6.169 livres, 9 sols, 8 deniers.
Les ordonnances sont datées d’Hyères, le 2 mars 1762.
Sources : Raybaud, Jean. Histoire des grands prieurs et du prieuré de Saint-Gilles. Tome 3, page 87. Nîmes 1906 BNF

Retour menu Commanderies

Top

 

 

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.